Julos Beaucarne est né à Bruxelles avec les congés payés. Compositeur, chanteur, musicien, comédien, poète, sculpteur,  auteur de pièces de théâtre et de films il est certainement l’artiste belge le plus doué et le plus célèbre de la Francophonie. Il a chanté en Allemagne, en Tunisie, à Paris, à Lausanne, au Québec, en Arabie Séoudite, à Londres, en Algérie, en Chine, au Zaïre, au Burundi, au Rwanda, aux Etats –Unis et bien sûr à travers toute la Belgique. Il a été honoré par de nombreux prix dont le Prix de l’Académie Charles Cros, le Prix  des Rencontres poétiques du Mont Saint-Michel, Prix Loisirs-jeunes,  Prix de la Sabam, Prix Félix Denayer. Il a participé à de nombreuses émissions de T.V. dont le Grand Echiquier de Jacques Chancel, et a enregistré plus de 25  albums dont « Co n ‘rawète »  (2001) et « Chansons d’amour (2002) ». Sculpteur, il détourne les objets pour créer ses fameuses Pagodes ou le Tipi post-industriel Maison des vents. (Place St-Léonard Liège). Enfin n’oublions pas l’acteur de cinéma Julos Beaucarne dans le film de Bruno Podalydes « Le mystère de la chambre jaune » (2002). Signalons enfin pour ceux qui voudraient en savoir d’avantage la dernière biographie de Laurence Vanbrabant qui lui est consacrée « Il était neuf fois Julos Beaucarne » (1) aux éditions du Grand Miroir.

 

Préface de Julos Beaucarne

 

    Jean Morette reste chez lui et chez lui il y a beaucoup d’objets de toutes sortes qu’il a ramassé partout où il est allé, des objets en fer parce qu’avec le fer, il sait quoi faire, c’est un copain de Vulcain, un compagnon du feu, un étincelant étinceleur, un habile soudeur, il connaît sa région comme celui quoi l’a faite, il connaît les gens qui habite sa région mais lui c’est « un spécial » ; il s’intéresse à tout ce qu’on jette, il aime le tordu, le pas droit, le cron, le « squive » il aime ce que le consommateur rejette avec mépris et l’œil protubérant, il aime ce dont tu te débarrasses, ce que tu fourres dans la poubelle en disant « j’veux plus te voir bout de fer inutile et bâtard, va t’faire voir » et tu t’en vas acheter un nouvel objet et une fois que tu as acheté un nouvel objet, tu t’empresses de t’en débarrasser parce que tout casse, tout passe, tout lasse et au moment où toi consommateur tu as perdu l’enthousiasme pour l’objet, pour sa forme, pour sa matière, pour sa couleur rouille.

 

Parce que tu veux à tout prix acheter…….et alors ……et alors…….. et alors Morette arrive, Morette est arrivé sans se presser, combien pour ce chien de fer dans la vitrine dit-il prenez-le Monsieur Morette, il m’ennuie et n’aboie même pas, Morette ouvre son sac de Père Noël à l’envers et le chien de fer tombe dans sa nasse  pleine de fer en masse ave un cliquetis joyeux. Qui est Morette ? En fait c’est un ogre qui ne mange que du fer parce qu’il sait quoi en faire. Comment Morette travaille t-il ? Et bien quand sa maison est pleine de matériaux hétéroclites et que Francine commence à « berdeler », à jeter des hauts cris, à s’énerver. Quand sa fille Omerine n’a plus de place pour ses poupées……il décide de mettre de l’ordre et pour faire de la place, il fait se réconcilier les faucilles et les marteaux, les chaînes et les vélos, clous et les écrous, boulons et tire-fond et voilà qu’un monde fabuleux d’animaux imaginaires et de monstres sort de ce fuligineux fouillis, il met ensemble des matériaux qui ne s’étaient jamais rencontrés, il marie des pièces de boîtes de vitesse avec des tambours de freins, il fait des becs d’oiseaux avec des pièces de machines à coudre, il fait des trompes d’éléphant avec des fourches de motocyclette, il soude, il met ensemble, il crée des liens entre le fer et le feu . Et le petit morceau de fer qu’avait rejeté le consommateur blasé prend des allures d’œuvre d’art entre les doigts du magicien, tous ces morceaux de fer « sans papiers » sans qualification ni reconnaissance, ces morceaux oubliés et rejetés sont réhabilités, la matière retrouve sa beauté. Jean Morette s’endort tandis que dehors un peuple de sculptures parle de lui faut et fort quand le vent souffle sur l’entre Sambre et Meuse.

 

                                       Julos Beaucarne le 3 du 3 du 3 Tourinnes la grosse à 3h 33.

 

© 2016 Jean Morette  - Tous droits réservés                         Réalisation du site : Michel De Bock